Skip to content

Espagne: Grossesse et maternité, de nouveaux projets de loi

Un test de grossesse positif est posé sur la photo d'une échographie.
© Istock
Le gouvernement espagnol prépare plusieurs législations concernant la grossesse et la maternité, telles qu'un nouveau projet de loi qui allégerait les restrictions pour l'avortement chez les adolescentes.
Evangéliques.info

Les mineures à partir de 16 ans pourraient bientôt pouvoir recourir à l’avortement sans consentement parental. Selon Cadena Ser le 11 mai, le ministère de l’Egalité espagnol travaille ainsi sur un projet de réforme de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Le Conseil des ministres se réunira le 17 mai pour l’approuver -c’est du moins ce qu’espère le ministère. Cette législation prévoit également de «promouvoir l’avortement dans le système de santé publique». Chaque année, 100 000 avortements sont pratiqués en Espagne. Or, la majorité de ces actes s’effectue en effet dans le privé.

Limiter les objections de conscience

Publicité

Outre ces mesures, le gouvernement souhaite aussi réglementer l’objection de conscience chez les professionnels de la santé. Il s’agirait ici d’exiger des hôpitaux publics qu’ils s’assurent de disposer d’assez de médecins, afin de favoriser des opinions différentes sur le sujet, pour pratiquer ces interventions. La loi actuelle permet aux femmes de se faire avorter librement durant leurs 14 premières semaines de grossesse, comme en France (12 semaines en Suisse) . Le délai est allongé jusqu’à la 22e semaine en cas de risque grave pour la vie ou la santé de la mère, ou si un risque d’anomalies graves pour le fœtus est prouvé.

En revanche, le gouvernement maintient son opposition à la pratique de la gestation pour autrui (GPA), aussi appelée maternité de substitution. La Cour suprême a déjà confirmé son opposition à la GPA au début du mois d’avril. Les couples faisant appel à une mère porteuse hors du territoire pourraient par ailleurs être poursuivis par les tribunaux.

Thèmes liés:

Publicité