Skip to content

Inde : L’Uttar Pradesh approuve une nouvelle loi anti-conversion

Le Ministre en chef de l'Uttar Pradesh, Yogi Adityanath, interpelle le Premier ministre Narendra Modi à New Delhi le 21 mars 2017.
© Government of India
L’Uttar Pradesh a approuvé un projet de loi interdisant la conversion religieuse par des «moyens frauduleux» ou liée à tout autre moyen indu dont le mariage. Les chrétiens redoutent un usage déformé de la loi pour nuire aux minorités religieuses
Evangéliques.info

L’Uttar Pradesh a approuvé le 24 février un projet de loi interdisant la conversion religieuse par des «moyens frauduleux» ou liée à tout autre moyen indu dont le mariage. L’Assemblée législative de cet État du nord de l’Inde – le plus peuplé de l’Union indienne avec 204 millions d’habitants – a ainsi approuvé «le projet de loi portant sur l’interdiction de conversion religieuse 2021», rapporte l’agence Fides. Celui-ci remplace une ordonnance promulguée en novembre dernier.

Le texte prévoit jusqu’à dix ans de prison et 50’000 roupies d’amendes (environ 560 € ou 620 CHF) en cas de transgression. Le projet de loi vise à empêcher toute conversion directe ou indirecte, d’une religion à une autre, par le biais fausses déclarations, de force, suite à une influence indue, par la coercition, suite à des promesses, des actions de persuasion et tout autre moyen frauduleux, ni au travers du mariage.

Publicité

La charge de la preuve retombera sur la personne accusée

La charge de la preuve concernant l’absence de pression ou de moyens frauduleux pour obtenir la conversion retombera sur la personne accusée de l’acte et sur la personne convertie. Il s’agit pour Yogi Adityanath, Ministre en chef de l’Uttar Pradesh (à gauche sur la photo, serrant la main du Premier ministre Narendra Modi) et membre du parti nationaliste hindou BJP au pouvoir, de lutter contre d’hypothétiques tentatives de conversion de femmes hindoues à l’islam sous la forme de mariage appelées «djihad de l’amour», par des militants hindous radicaux, souligne The Hindu.

Neuf autres Etats dont l’Himachal Pradesh en 2019 ont déjà introduit des lois similaires pour interdire les conversions par la force, la fraude et le mariage. Pour les ONG de défense des Droits de l’homme et les responsables d’Eglises, ces lois anti-conversion sont souvent manipulées et déformées dans le but de nuire aux missionnaires chrétiens et aux minorités religieuses.

L’Inde qui compte près de 70 millions de chrétiens figure au 10e de l’Index mondial de persécution des chrétiens 2021 de l’ONG Portes Ouvertes.

Thèmes liés:

Publicité