Skip to content

La même règle, la même discipline pour tous

Une équipe d'aviron de quatre hommes, quelques secondes après le début de leur course
© iStock
L'édito de la semaine. La pandémie nous le démontre : pour qu'un protocole fonctionne celui-ci doit être suivi par tous. Riches ou pauvres, petits ou grands, faibles ou puissants, tous sont astreints aux mêmes règles et à la même discipline.
David Métreau

La pandémie de Covid-19 nous le démontre : pour qu’un protocole fonctionne celui-ci doit être suivi par tous. Riches ou pauvres, petits ou grands, faibles ou puissants, tous sont astreints aux mêmes règles et à la même discipline. Du moins en théorie. 

Cette même règle qui s’applique à tous est une nécessité dans bien d’autres domaines. Les récentes révélations sur divers faits d’inconduite sexuelle de la part d’une personnalité aussi en vue que feu l’évangéliste Ravi Zacharias sont un rappel douloureux. Dans une lettre ouverte de repentance, les membres du conseil d’administration de Ravi Zacharias international ministries (RZIM) ont exprimé leurs regrets en ces termes : «Nous regrettons que notre confiance démesurée en Ravi ait permis qu’il bénéficie de moins de supervision et de redevabilité que ce que la sagesse et l’amour auraient exigé.»

Publicité

Redevabilité, sagesse, amour

Redevabilité, sagesse, amour : ces mots sont justes. Nul chrétien ne peut s’en soustraire. En effet, l’Eglise (comme tout groupe humain ou société) n’est pas qu’une somme d’individualités; les actes des uns ont des conséquences sur les autres et ceux des responsables bien en vue en ont probablement plus encore. D’où la sagesse pour que ces mêmes règles de redevabilité (ou obligation de rendre des comptes) s’appliquent à tous. Même au fondateur d’un grand ministère, diplômé de théologie, ou personne de bonne réputation. Dans l’amour, cette redevabilité n’est pas une loi ou une contrainte lourde qui empoisonne et emprisonne. 

Loin de jeter la pierre sur les agissements d’un seul, je constate que nous sommes tous concernés… par le péché, par l’injustice et par la tentation de se prendre la chair pour appui. (Jérémie 17:5) 

David Métreau, rédacteur en chef d’Evangeliques.info

PS : cet édito a d’abord été publié dans la newsletter d’Evangeliques.info le 19 février 2021.

Thèmes liés:

Publicité