© DR

International : Jérusalem est un patrimoine commun de l'humanité estiment le roi du Maroc et le pape François

En visite pendant deux jours au Maroc, le pape François a rencontré le roi Mohammed VI. Un appel à «conserver» et «promouvoir le caractère spécifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l'identité culturelle particulière de Jérusalem» a été publiée à l’issue de leur entrevue le samedi 30 mars. Cet appel dans un contexte de nouvelles tensions entre Israéliens et Palestiniens à la suite de récentes échanges de tirs.

Voici le texte complet de cet appel :

«Nous pensons important de préserver la Ville sainte de Jérusalem / Al Qods Acharif comme patrimoine commun de l'humanité et, par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue. Dans ce but, doivent être conservés et promus le caractère spécifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l'identité culturelle particulière de Jérusalem / Al Qods Acharif.

Nous souhaitons, par conséquent, que dans la Ville sainte soient pleinement garantis la pleine liberté d'accès aux fidèles des trois religions monothéistes et le droit de chacune d'y exercer son propre culte, de sorte qu'à Jérusalem / Al Qods Acharif s'élève, de la part de leurs fidèles, la prière à Dieu, Créateur de tous, pour un avenir de paix et de fraternité sur la terre».

Cette visite du Pape François au Maroc a été aussi l’occasion de mettre un coup de projecteur sur la situation des chrétiens dans le pays. «En tant que commandeur des croyants, je ne peux parler de terre d’islam, comme si n’y vivaient que des musulmans. Je veille, effectivement, au libre exercice des religions du Livre et je le garantis. Je protège les juifs marocains et les chrétiens d’autres pays qui vivent au Maroc», a déclaré le roi Mohammed VI dans un discours.

L’ONG d’aide aux chrétiens persécutés Portes Ouvertes (PO) rappelle de son côté que les chrétiens marocains convertis de l’islam sont durement persécutés dans le pays. Le Maroc figure ainsi à la 35e place de son Index mondial de persécution des chrétiens. Dans un communiqué, PO rapporte que l’article 220 du code pénal marocain punit de six mois à trois ans de prison ainsi que d’une amende quiconque est suspecté d’avoir ébranlé la foi d’un musulman.

La rédaction d'Evangéliques.info - 01 avril 2019 11:34

Partager/Commenter