Skip to content

France: «Il n’est pas dans la mission du médecin de donner la mort», selon l’Académie de médecine

seringue entre les mains d'un soignant
© ABEL F. ROS /Qapta.es
L’Académie nationale de médecine s'oppose à «l’aide active à mourir» dans les conditions actuelles. Le CPDH a salué cette prise de position dans un communiqué diffusé le 23 juillet.
Evangéliques.info

Suite à deux propositions de lois présentées par les parlementaires concernant l’aide active à mourir, l’Académie nationale de médecine avait fait valoir en début de mois «qu’il n’est pas dans la mission du médecin de donner la mort». L’institution a souligné également «la réelle souffrance des soignants de passer du soin à l’aide active à mourir.»

Pour l’Académie, si «toute personne a le droit d’avoir une fin de vie digne et accompagnée du meilleur apaisement possible de la souffrance» (loi Claeys-Léonetti), «la fin de vie digne et apaisée est [déjà] assurée par la qualité de la prise en charge, par des soins palliatifs adaptés, et si besoin par une sédation proportionnée».

Publicité

L’Institution cherche actuellement à perfectionner les dispositifs d’accompagnement déjà existants, notamment en ce qui concerne l’accès égal de tous aux soins de fin de vie. D’après l’Académie, les connaissances médicales actuelles sur l’aide au suicide assisté et à l’euthanasie sont insuffisantes dans le corps médical français pour exercer ces pratiques.

L’aide active à mourir dans les campagnes présidentielles

Le Comité protestant évangélique pour la dignité humaine (CPDH) rejette vivement les considérations autour de l’aide active à mourir. Il soutient l’Académie de médecine sur la désolidarisation de l’acte de donner la mort et la médecine. Le Comité alerte par la même occasion sur le fait que «le sujet va revenir avec force dans les programmes des candidats à l’élection présidentielle».

Des recherches sont cependant toujours en cours à l’Académie de médecine à ce sujet.

Thèmes liés:

Publicité