© DR

Suisse: Avant le vote des délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, les pasteurs opposés au mariage pour tous religieux font entendre leur voix

Réunis à Zürich le 21 octobre, une soixantaine de pasteurs réformés opposés aux célébrations religieuses pour les couples de même sexe ont adopté la déclaration théologique «N'avez-vous pas lu..» basée sur le texte biblique de Matthieu 19, v.4.

C'est ce que rapporte le journal Réformés le 23 octobre. Dans cet article, le pasteur Lukas Zünd explique le but de la démarche: envoyer un message de protestation aux dirigeants de l'Eglise. «On est face aujourd’hui à une forme de dictat idéologique, allant dans le sens d’une théologie libérale, selon laquelle l’homosexualité correspond à la volonté de Dieu. Gottfried Locher a même affirmé, le 17 août dans le TagesAnzeiger qu’on ne pouvait le voir différemment», déplore le pasteur réformé. Tout en ajoutant que la prise de position du président du Conseil de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) a irrité et inquiété de nombreux chrétiens réformés avec une théologie conservatrice.

«De nombreux chrétiens engagés dans les Églises réformées envisagent de partir pour de bon et de chercher leur foyer spirituel ailleurs. Nous voulons leur manifester qu’ils ne sont pas seuls.»

Par le biais d'une lettre ouverte, le Rassemblement pour un renouveau réformé (R3) a pour sa part demandé «humblement et solennellement» aux délégués des 26 Eglises de la FEPS de renoncer à se prononcer en faveur d'une célébration de mariage pour les couples de même sexe.

«Nous espérons que vous comprendrez que nous ne sommes pas opposés aux personnes qui ont une orientation homosexuelle mais, dans la fidélité à Jésus-Christ, nous ne pouvons légitimer leur mariage. Une Église qui se prononce ouvertement contre l’enseignement du Christ perd son autorité spirituelle et précipite son effritement. Elle se distancie en outre des autres Églises chrétiennes», précise la lettre ouverte signée entre autres par Martin Hoegger, Gérald Pella, Luc Badoux ou Olivier Bader.

Prévu le 4 novembre prochain, le vote des délégués sur la question du mariage religieux pour tous ne serait pas contraignant pour les Eglises cantonales. Toutefois, un «oui» de leur part constituerait un signal fort que certains ne peuvent accepter, analyse encore l'article de Réformés.

La rédaction d'Evangeliques.info - 25 octobre 2019 10:52

Partager/Commenter