Skip to content

Union européenne: Un rapport amendé sur la «liberté religieuse» accuse les croyants d’exercer des persécutions

Photo de l'hémicycle du Parlement européen, vide
© Wikimedia Commons - Salle principale du Parlement européen
Avant son adoption par l’Union européenne le 3 mai, un rapport censé aider à contrer l’intolérance religieuse dans le monde a été réarrangé en supprimant les références au christianisme, et accuse les croyants d’être eux-mêmes auteurs de persécutions.
Evangéliques.info

Un rapport contenant un état des lieux de la liberté religieuse et de conviction, ainsi que des recommandations pour contrer cette situation dans le monde, a été adopté par l’Union européenne le 3 mai, préalablement amputé de toute référence au christianisme et de toute expression directe de soutien envers ces minorités.

Les croyants sont en outre ouvertement accusés d’exercer eux-mêmes des persécutions sur d’autres groupes et minorités, comme les femmes ou la communauté LGBT+. Ainsi nous lisons dans le texte modifié: «La violence sexiste et la discrimination fondées sur des justifications religieuses persistent; [et] les femmes et les personnes LGBTIQ+ continuent d’être victimes de discrimination et de violence infligées au nom de la religion.» Les amendements apportés présentent également les religions comme en concurrence les unes avec les autres.

Publicité

Des ajouts hors de propos

Si ces considérations, bien que sous forme de généralités, ne sont pas fausses -on peut penser au nationalisme hindou, à l’islamisme radical et même à certaines milices armées qui se disent «chrétiennes», alors qu’elles perpétuent des massacres notamment en Afrique subsaharienne- l’objectif premier du rapport est dévié.

Interviewé par Evangelical Focus, le Polonais Karol Karski, qui en a dirigé la rédaction initiale au sein de la commission des Affaires étrangères de l’UE, met vivement en garde contre les risques de minimiser l’importance des Droits de l’homme en jeu ici. Il avait aussi souligné dans le texte que la plupart des personnes persécutées pour leur foi dans le monde sont des chrétiens. L’Union européenne n’a par ailleurs plus d’envoyé spécial pour la liberté de religion et de conviction depuis 2019, et ne manifeste pas d’intérêt pour engager un processus de recrutement.

Thèmes liés:

Publicité