Skip to content

Suisse: Un pas de franchi en direction du «mariage pour tous»

Le 11 juin, le Conseil national a accepté le projet du mariage pour tous par 132 voix contre 52. Treize conseillers nationaux se sont abstenus de répondre.
Sandrine Roulet

Le 11 juin, le Conseil national a accepté le projet du mariage pour tous par 132 voix contre 52. Treize conseillers nationaux se sont abstenus de répondre.

La Chambre basse a validé la version la plus progressiste du texte, qui prévoit l’accès au don de sperme pour les couples de femmes, donc la PMA, ainsi que la présomption de maternité pour «l’épouse» de la femme de la mère. Ce projet de loi a été soutenu par l’ensemble de la gauche, par le PLR mais également par un certain nombre de membres du PDC.

Favorable au mariage pour tous, le Conseil fédéral s’était pour sa part opposé à l’ouverture de la PMA et au concept de présomption de maternité.

Toutefois, tout n’est pas encore joué. Le projet de loi doit encore passé devant le Conseil des Etats, probablement cet automne. Et l’UDF, parti d’obédience chrétienne, prépare déjà un référendum.

Dans un article du quotidien Le Temps du 11 juin, le représentant romand de l’UDF Marc Früh estime que le droit des enfants à avoir un père sera au coeur du débat : «Tout le monde s’émeut actuellement du traitement des Noirs, mais les enfants, tout le monde s’en fiche. Je ne suis pas d’accord. Les enfants ne peuvent pas se défendre quand ils sont victimes». 

Sur son site, le parti indique que «les enfants ont besoin d’un père et d’une mère pour se développer de manière optimale. Il est évident que les personnes de même sexe doivent être respectées et estimées. Les garanties juridiques sont toutefois aisément possibles en dehors de l’institution juridique du mariage».

Thèmes liés:

Publicité