Skip to content

Etats-Unis: atteint d’un cancer, Ravi Zacharias, l’apologète passionné de Dieu, s’est éteint

© Ravi Zacharias speaks at Christ Community Chapel © Wikimedia Commons
Mardi 19 mai, deux mois après avoir annoncé qu’il était atteint d’un cancer, le Docteur Ravi Zacharias s’est éteint à l’âge de 74 ans. C’était un enseignant mondialement renommé, un apologète passionné par l’évangélisation et l’auteur de nombreux livres dont le best seller «L’homme peut-il vivre sans Dieu? » (Can…
Evangéliques.info

Mardi 19 mai, deux mois après avoir annoncé qu’il était atteint d’un cancer, le Docteur Ravi Zacharias s’est éteint à l’âge de 74 ans. C’était un enseignant mondialement renommé, un apologète passionné par l’évangélisation et l’auteur de nombreux livres dont le best seller «L’homme peut-il vivre sans Dieu? » (Can Man Live Without God?)

Né en Inde en 1946 dans la région de Dehli, Ravi Zacharias a grandi au sein d’une famille anglicane, tout en se déclarant athée. C’est suite au témoignage d’un ami venu le visiter à l’hôpital, après une tentative de suicide, que le jeune homme de 17 ans se convertit à Jésus-Christ et embrasse ses paroles:«Je suis le chemin, la vérité et la vie.»
Trois ans plus tard, sa famille émigre au Canada où Ravi Zacharias obtient un diplôme de l’Ontario Bible College, puis un master en théologie (magister divinitatis) à la Trinity International University. Ordonné au sein de l’Alliance chrétienne et missionnaire (CMA) en 1980, Ravi Zacharias va fonder son propre ministère, le RZIM en 1984. Il a par ailleurs collaboré avec l’évangéliste Billy Graham qui a su voir le potentiel de ce jeune prédicateur.
Fort d’une espérance et d’une foi qui ne lui feront jamais défaut, Ravi Zacharias a consacré sa vie à «faire tomber les barrières intellectuelles et existentielles qui empêchent de nombreux sceptiques à avoir foi en l’Évangile», rapporte le RZIM- France, l’antenne francophone de Ravi Zacharias International Ministries.
En 48 ans de ministère, le Docteur Zacharias s’était rendu dans 70 pays pour encourager les chrétiens à partager les raisons de leur foi avec les sceptiques ou les adeptes d’autres religions, et à établir un dialogue fondé sur le respect, avec une annonce claire et pédagogique de l’Evangile.
«Ravi Zacharias a développé une apologétique qui était la sienne», explique Raphaël Anzenberger, directeur de RZIM France. «Peut-être parce qu’il n’était pas tout à fait comme les autres : né en Orient, étudiant en Occident, et parcourant le globe pour rendre témoignage de l’espérance qui était en lui. En ce sens, c’est une apologétique singulière qui était au service d’une évangélisation multiculturelle. Ravi était tout aussi à l’aise de partager l’évangile à un chauffeur de taxi à Bombay qu’à un prince Saoudien. Selon lui, la personne derrière la question était toujours plus importante que la question elle-même. Sa maxime : « l’apologétique, c’est tailler le buisson du doute, pour que le sceptique ait une bonne vue sur la croix ».
C’est avec cet héritage spirituel que les ministères du RZIM vont poursuivre leur mission, sans la présence de leur fondateur, dans une dynamique adaptée à leur région et notre temps.

Thèmes liés:

Publicité