© DR

Paris: La campagne d’Alliance Vita va être réaffichée

Les affiches d’Alliance Vita doivent être remises dans les gares: c’est la décision annoncée par le tribunal judiciaire de Paris le 4 janvier. La juge a estimé que même si le message de ces affiches s’inscrit «dans une volonté d’alerter le public sur les dangers de la procréation médicalement assistée, il est rappelé que l’affichage présente un caractère libre et que les affiches litigieuses ne présentent aucun caractère illicite». Elle a ajouté que les publicités dans les lieux publics peuvent présenter un caractère philosophique ou politique «dès lors qu’elles émanent de personnes privées», rapporte Le Figaro.

Avec trois portraits sur un fond noir (une femme, un homme et un jeune handicapé), ces quelques 400 affiches présentent le texte suivant: «la société progressera à condition de respecter la paternité» ou «la maternité» ou «la différence» (selon le portrait). Cette campagne de l’association pro-vie Alliance Vita a débuté le 31 décembre, quelques jours avant que le projet de loi bioéthique arrive en débat au Sénat le 7 janvier.

Provoquant une vive réaction sur les réseaux sociaux et notamment à la Mairie de Paris, ces affiches avaient été retirées le 2 janvier, sans en avertir l’association. La régie Médiatransports qui gèrent l’affichage dans les gares, stations de métro et arrêts de bus, avait pris la décision de retirer ces affiches, accusées de manquer de neutralité. «Deux visuels relatifs à la protection de la maternité et à la protection de la paternité peuvent être entendus comme des messages militants, excédant le principe de neutralité qui s’impose dans les transports publics», avait déclaré la responsable de Médiatransports, rapporte Le Figaro. Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita, avait donc saisi le tribunal judiciaire de Paris en référé.

Médiatransports a fait appel à ce jugement. Anne Hidalgo a déclaré sur Twitter le 4 janvier: «Très grand étonnement face à cette décision de référé ordonnant la poursuite de la campagne anti-PMA et anti-IVG. J’encourage Médiatransports à user de toutes les voies de droit possibles pour qu’il soit mis définitivement fin à cette campagne.» «On nous caricature, on nous empêche d’exister», a déclaré de son côté Tugdual Derville. «C’est stalinien de jeter l’opprobre sur des personnes avec qui on n’essaie même pas de discuter.»

la rédaction d'Evangeliques.info - 06 janvier 2020 12:25

Partager/Commenter

Publicité