© DR

Espagne: Ecartée de sa cérémonie d'investiture par le nouveau chef du gouvernement espagnol, la Bible fait parler d'elle

Début juin, un des premiers actes du nouveau chef du gouvernement espagnol a été d'exclure la traditionnelle Bible et le crucifix de sa cérémonie d'investiture. Depuis que l'Espagne est devenue une démocratie, ces symboles chrétiens étaient pourtant présents à chaque cérémonie d'inauguration.

Sur les réseaux sociaux, beaucoup ont salué ce geste de Pedro Sanchez, considérant la présence d'une Bible et d'un crucifix comme un héritage de la dictature de Franco, qui a gouverné le pays avec le soutien de l'Eglise catholique romaine. Ils y ont vu le premier pas vers la séparation entre l'Etat et la religion.

Mais cette décision de Pedro Sanchez a aussi permis au mot «Bible» de devenir un sujet tendance sur Twitter. Deux jours après l'investiture, deux sénateurs du parti de gauche Compromis ont eu une autre initiative liée à la Bible. Dans leur document contre la loi sur le budget national, Carles Mulet et Jordi Neverrete ont cité six passages de la Bible pour pointer ce qu'ils dénoncent comme de la corruption et de l'hypocrisie du parti populaire.

Et de citer notamment Proverbes 29, v.24 «Celui qui partage avec un voleur se déteste lui-même» ou le célèbre «Tu ne voleras pas» des Dix Commandements. Leur conclusion est que l'ancien gouvernement parlait beaucoup des Ecritures mais ne les appliquaient pas en pratique.

Arturo Pérez-Reverte, l'un des intellectuels les plus respectés et membre de l'Académie royale de la langue espagnole, a aussi apporté sa contribution.

A la question d'un utilisateur de Twitter lui demandant de citer un livre qui ne l'avait pas convaincu au début mais qu'il avait fini par aimer, l'académicien a répondu la Bible et a invité à la lire: «Une personne qui recherche la lucidité et l'intelligence, et qui désire interpréter le monde dans lequel elle vit, ne doit pas ignorer la lecture, au moins une fois dans sa vie, du livre le plus célèbre et influent, pour le bien ou le mal, dans l'histoire. Et d'ajouter que «seule la Bible, lue et encore relue, suffirait à déborder une vie».

La rédaction dEvangeliques.info - 08 juin 2018 12:22

Partager/Commenter