Skip to content

Suisse: La missionnaire Béatrice Stockli aurait été assassinée d’un coup de feu derrière une dune

© DR
D'après le récit de Sophie Pétronin, ex-otage française au Mali rentrée en France le 9 octobre, la missionnaire Béatrice Stockli aurait été abattue après un énième conflit avec ses ravisseurs djihadistes.
Evangéliques.info

Béatrice Stöckli aurait été assassinée d’un coup de feu par ses ravisseurs. Selon le Point du 14 octobre, Sophie Pétronin s’est exprimée sur ses plus de 1300 jours de captivité auprès du site Médiapart. L’ex-otage française relate qu’après un énième conflit entre Béatrice Stockli et les djihadistes, la missionnaire suisse a été emmenée derrière une dune. Après un coup de feu, elle n’est plus réapparue. 

L’évocation de cette relation conflictuelle entre les ravisseurs et la missionnaire ferait penser aux autorités suisses que la Bâloise n’a pas abandonné sa foi chrétienne au cours des quatre ans de captivité. 

Publicité

Pourquoi la missionnaire a-t-elle été exécutée?

Pour le quotidien français, la question suivante se pose: Pourquoi exécuter un otage que l’on a caché et nourri, alors qu’on peut en obtenir une forte rançon? Selon un expert du terrorisme cité dans l’article, la Suisse n’ambitionnait pas d’envoyer un commando pour libérer Béatrice Stockli, ce qui aurait été un motif pour les ravisseurs de la faire exécuter. Le garde en charge de la surveillance de Béatrice Stockli a-t-il «pété un plomb » et commis une bavure, comme l’avance un proche des services de renseignements helvétiques cité par le Point ?

La Suisse veut connaître la vérité et rapatrier son corps

Une chose est sûre, Berne assure tout mettre en œuvre pour connaître les circonstances exactes de son exécution et pour retrouver le lieu où se trouve le corps de la missionnaire, afin de pouvoir le rapatrier en Suisse. Béatrice Stockli, qui vivait depuis plusieurs années à Tombouctou, avait déjà été la cible d’un premier enlèvement en 2012. 

Malgré la demande du Département des Affaires étrangères, qui la savait menacée, elle avait fait le choix de poursuivre son engagement chrétien auprès de la population malienne, et en particulier des enfants. Début 2016, elle avait à nouveau été kidnappée et l’enlèvement avait été revendiqué par Al-Quaïda au Magreb islamique. La dernière vidéo de Béatrice Stockli diffusée par les djihadistes remontait à 2017.

Publicité