© DR

Suisse: Le Réseau évangélique se réjouit de l’acquittement du pasteur Valley, tout en pointant les lacunes de l’article 116 de la loi sur les étrangers

«Bien que l'Alliance évangélique suisse se réjouisse que le pasteur Norbert Valley ait été libéré de sa peine, le jugement montre néanmoins les lacunes d'une loi qui conduit à des condamnations injustes».

Ainsi s'exprime Marc Jost, secrétaire général du RES-SEA, dans un communiqué du 13 mars. Il poursuit que le jugement du 12 mars met également en évidence une incertitude: quel soutien peut être amené légalement à un sans-papier? En outre, la loi ne fait pas une distinction suffisante entre les trafiquants d’êtres humains et les personnes offrant une aide altruiste, détaille Marc Jost : «en condamnant les bons samaritains, elle vise les mauvaises personnes.»

Le RES affirme qu’il continuera à travailler pour amender cet article 116 de la loi, qui punit l’aide altruiste accordée aux personnes séjournant illégalement en Suisse.

Par ailleurs, l’instance faîtière des évangéliques suisses regrette la décision prise par le Conseil national le 4 mars de rejeter l’initiative parlementaire visant à dépénaliser la solidarité.

L’association «Christian Public Affairs», dont le RES-SEA est un membre fondateur, décidera de toute autre mesure qui pourrait être prise. Une nouvelle initiative visant à abolir le délit de solidarité n’est pas exclue. A plus forte raison que la volonté altruiste d’aider les réfugiés bloqués à la frontière greco-turque pourrait augmenter en Suisse.

La redaction d'Evangeliques.info - 13 mars 2020 15:55

Partager/Commenter