© iStock

Grande-Bretagne: l'Alliance évangélique prend position sur l'avortement en Irlande du Nord

Au Royaume-Uni, l'Alliance évangélique (EAUK) a pris position sur la question de l'avortement en Irlande du Nord. En effet, suite au référendum de la République d'Irlande sur la question, des voix s'élèvent en Grande-Bretagne pour mettre fin au statut d'exception, très restrictif, en vigueur dans la province.

"Nous savons que 100000 personnes sont vivantes en Irlande du Nord aujourd'hui qui ne le seraient pas si nous avions introduit l'Acte sur l'avortement de 1967", a déclaré le directeur de l'EAUK pour l'Irlande du Nord, Peter Lyas, à Christian Today le 30 mai, faisant référence au texte ayant dépénalisé l'avortement dans le reste du Royaume-Uni. "C'est une histoire pleine d'une incroyable espérance dont le premier ministre devrait se souvenir, alors que la pression monte pour s'imiscer dans les affaires nord-irlandaises."

La province interdit actuellement l'avortement sauf en cas de danger irréversible pour la santé ou la vie de la mère. Cette exception est liée au statut particulier de l'Irlande du Nord, dont l'Assemblée légifère sur les affaires intérieures. Or il se trouve que cette assemblée a été suspendue de 1972 à 1998 suite au conflit entre unionistes et nationalistes, et ses pouvoirs rapatriés au Parlement britannique à Westminster.

C'est pourquoi Peter Lyas a souligné que "Westminster aurait pu légiférer à tout moment pour l'avortement en Irlande du Nord depuis 1967. Il a choisi de ne pas le faire. Comme il en a fait une compétence provinciale, il ne peut pas maintenant légiférer."

Toutefois, la chute de la coalition des unionistes démocratiques et des nationalistes de Sinn Fein, en janvier 2017, a fait que l'Assemblée d'Irlande du Nord ne fonctionne plus, créant un vide juridique. Les partisans de la libéralisation de l'avortement voient dans ce blocage une opportunité pour normaliser la législation de la province. Cependant Theresa May, la première ministre britannique, doit sa majorité au parti unioniste, farouchement attaché au statut quo sur le sujet. Elle a donc indiqué qu'il n'était pas question de le mettre à l'ordre du jour du Parlement britannique.

La rédaction d'évangéliques.info/ Christian Today - 31 mai 2018 13:57

Partager/Commenter