© DR

Asia Bibi: sa première interview depuis sa libération

C’est la première fois qu’Asia Bibi donne une interview depuis sa libération. Accusée de blasphème le 14 juin 2009, condamnée à mort, puis finalement acquittée le 19 janvier 2019 après 10 ans de détention, Asia Bibi vit dans un lieu gardé secret au Canada. Elle a écrit un livre «Enfin Libre» paru en début d’année, et se confie pour la première fois à La Vie dans une interview où elle revient sur sa vie et le contexte de sa condamnation.

«J’avais une vie simple mais bien remplie. Je travaillais comme ouvrière agricole et je récoltais notamment les fruits et les légumes dans les champs alentour. Le soir, je rentrais m’occuper de ma famille. Tout n’était pas facile, mais j’étais heureuse», évoque-t-elle. Le village, majoritairement musulman, n’aime pas les chrétiens. Asia Bibi raconte les tracas quotidiens qui égrainaient son existence jusqu’au jour où, sans raison, elle est accusée de blasphème par des voisines. «Je ne sais pas exactement pourquoi cette voisine, Mafia, et sa sœur m’ont accusée de blasphème, mais ce que je sais, c’est qu’elles ne m’aimaient pas, et qu’il était facile pour elles de m’accuser parce que j’étais chrétienne. Et ensuite, personne dans le village ne m’a défendue…»

Au moment du verdict, c’est l’incompréhension qui prédomine et un sentiment terrible d’injustice, puis dans la solitude de sa cellule, une grande tristesse et l’inquiétude pour sa famille qu’elle sait menacée.

«Le troisième jour après ma condamnation, alors que je priais, un oiseau est venu se poser sur le rebord de la fenêtre et m’a regardée, raconte-t-elle. Je lui ai demandé : "Viens-tu de la part de Dieu ?" Et il est parti. Mais ensuite, il est revenu chaque jour pendant trois ans. J’avais l’impression qu’il me parlait. C’était pour moi le symbole de l’espoir. J’ai beaucoup prié pendant toute ma détention. Seule dans ma cellule, j’imaginais Jésus et je lui parlais. Je lui demandais de me libérer. Ce lien m’a donné de la force et de l’espérance. J’ai toujours cru que la justice allait triompher et que j’allais être libérée.»

Une femme musulmane et une gardienne chrétienne l’aident à surmonter cette longue épreuve. Elle apprend avec un peu de retard, que des chrétiens intercèdent en sa faveur et que Benoît XVI demande sa libération. Touchée par ses marques de soutien, Asia Bibi n’en oublie pas pour autant les nombreux chrétiens condamnés pour leur foi.

«Je suis consciente que mon histoire a fait de moi un symbole dans le monde entier. Malheureusement, il y a beaucoup d’autres personnes qui ont été accusées de blasphème et qui sont encore en prison aujourd’hui. Je veux porter leur voix et les défendre, comme d’autres m’ont défendue, afin qu’elles soient libérées. J’incite les personnes qui m’ont soutenue dans le monde entier à ne pas les abandonner.»

A l’heure qu’il est, Asia Bibi a pardonné à ceux qui lui ont fait du mal et tente de recouvrer la santé avant d’envisager une nouvelle étape de sa vie.

La rédaction d'Evangeliques.info/ La Vie (communiqué de presse) - 19 février 2020 11:33

Partager/Commenter

Publicité