Une église baptiste, à Drohobytch, en Ukraine © Istock

Suisse : Chine, Nigeria et Ukraine au centre des attentions lors du Dimanche de l'Église Persécutée

La violence envers les minorités religieuses est inacceptable, indique le Groupe de travail pour la liberté religieuse (GLR) du Réseau évangélique suisse SEA-RES dans un communiqué diffusé le 30 octobre. En plus de rappeler les dates du prochain Dimanche de l'Église Persécutée, les 10 et 17 novembre 2019, le GLR invite les Eglises de Suisse à prier pour la liberté religieuse, en particulier en Chine, au Nigeria et dans l’Est de l’Ukraine.

Le groupe de travail rappelle les nombreuses «restrictions à la liberté religieuse, persécutions et violences dont souffrent de plus en plus de personnes dans le monde en raison de leurs convictions religieuses». «Les adhérents à une foi chrétienne sont les plus durement touchés», souligne-t-il. Ainsi, depuis cette année, dans les Etats sécessionnistes de Donetsk et Lougansk, à l’Est de l'Ukraine, toutes les Eglises protestantes sont soit interdites par la loi, soit dans l’attente d’être régularisées selon le nouveau système officiel d’autorisation. Au Nigeria, de nombreux chrétiens sont tuées et enlevés depuis plusieurs années et la tendance se poursuit. En Chine, les restrictions imposées à la minorité chrétienne (5 %) augmentent en raison de la «réglementation des affaires religieuses» en vigueur depuis 2018.

Pour Linus Pfister, président du GLR, il aussi nécessaire de regarder au-delà de ces trois régions : «Au vu des témoignages d’horreurs et de crimes violents contre les chrétiens que nous recevons ces jours-ci, comme par exemple en Syrie, nous voulons aussi penser aux chrétiens des autres pays. Par nos prières et notre soutien actif, nous voulons aussi contribuer à leur donner de l’espoir».

La rédaction d'Evangeliques.info - 31 octobre 2019 10:13

Partager/Commenter

Publicité