© flickr.com

France: les signes religieux au coeur du débat. Faut-il se voiler la face?

La question de la laïcité est d’actualité partout, mais en France, la polémique autour de l’autorisation de porter le voile pour les mères accompagnatrices scolaires embrase à nouveau le débat, notamment au sein de la majorité.

D’un côté, il y a ceux qui pensent, comme Aurélien Taché, le député LREM du Val d’Oise, qu’il faut une laïcité ouverte et que le port du voile relève de la liberté individuelle. De l’autre, ceux qui comme Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, défendent âprement une laïcité rigoureuse dans le cadre de l’école notamment. La tension est montée lundi 14 octobre au point que ce dernier a saisi la commission des conflits de la République en Marche à l’encontre de Taché dont il désapprouve les critiques virulentes.

Derrière le débat sur le port du voile, ce sont des visions sociétales qui s’affrontent: des voix s’élèvent pour dénoncer tour à tour les risques d’une islamisation et la condition de la femme, le voile étant perçu comme incompatible avec les valeurs de la République. Mais il ne faut pas se voiler la face, la question porte plus largement sur le droit à porter un signe d’appartenance religieuse. Dans son édition du mercredi 16 octobre, Le Point rapportait les propos d’un député de LREM: «66% des Français, selon un Ifop, sont favorables à une interdiction des signes religieux lors d’une sortie scolaire. Plus largement, beaucoup de gens en ont marre de la place de la religion dans le débat public.»

Derrière la question du port du voile, c’est bien la place de la religion, chrétienne y compris, qui est au coeur du malaise.

La rédaction d'Evangeliques.Info / Le Point - 16 octobre 2019 09:40

Partager/Commenter

Publicité