© DR

France: Pour le président du Parti Chrétien Démocrate, l'extension de la PMA pour toutes représente une rupture avec l'écologie humaine intégrale

Etendre la PMA aux couples de femmes et femmes seules représente une rupture avec l'écologie humaine intégrale. Dans une tribune dans Valeurs Actuelles le 5 septembre, le président du Parti Chrétien-Démocrate et docteur en philosophie estime que le respect de la nature, la protection des générations futures ou encore le principe de précaution semblent évacués des débats de bioéthique.

Alors que les députés travaillent sur l'évolution de la loi bioéthique, Jean-Frédéric Poisson avertit que la PMA pour toutes correspond à légaliser la conception d'orphelins de père, ce qui est la négation de l'altérité: «l’absence d’un référent masculin dans la construction de la personnalité de l’enfant et l’impossibilité de s’inscrire dans une filiation sont promues comme une norme, ce que la nature dément.»

Selon le président du Parti Chrétien-Démocrate, un autre sujet doit alerter: en supprimant le critère d'infertilité pour accèder à la PMA, l'objectif thérapeutique de la médecine est détourné: «On peut objectivement craindre que des couples sans difficulté à procréer passent malgré tout par la PMA pour avoir la possibilité de trier les embryons et combler ainsi leur désir d’un bébé “comme je veux », écrit-il.

Jean-Frédéric Poisson prévient également que si la PMA pour toutes entend remédier à une prétendue discrimination que subissent les femmes «en situation d'infertilité sociale», la GPA ne peut qu'être légalisée, dans la logique du droit à l'égalité pour les couples d'hommes ou les hommes seuls.

La rédaction d'Evangeliques.info - 20 septembre 2019 11:04

Partager/Commenter

Publicité