© DR

Israël : L’impasse au lendemain des élections

Au lendemain des élections du 17 septembre, Israël s’est réveillé sans majorité claire: Après le décompte de 92% des bulletins, le Likoud de l’actuel premier ministre Benjamin Netanyahou et le parti Bleu-Blanc de Benny Glantz sont au coude à coude avec 32 sièges de part et d’autre. Benjamin Netanyahou n’a pas réussi à s’imposer comme qu’il l’espérait, et aucun des deux partis ne peut l’emporter en ajoutant les sièges de ses alliés.

L’ancien ministre d’extrême droite Avigdor Lieberman, dont le parti a obtenu 8 à 9 sièges, appelle à constituer un gouvernement d’union nationale autour d’une coalition. Les centristes seraient eux peu enclins à chercher des compromis avec Netanyahou.

L’un des enjeux de cette élection est la question religieuse. Au sein de la droite israélienne, le camp laïc et le camp religieux s’affrontent. Avigdor Lieberman s’était distancé clairement de Netanyahou suite à plusieurs de ses décisions en faveur des Juifs ultra-orthodoxes, notamment sur le service militaire. Benjamin Netanyahou réaffirme son intention de rester à la tête du pays. «Dans les prochains jours, nous entamerons des négociations en vue de l’établissement d’un gouvernement sioniste fort», a-t-il déclaré à l’issue des élections. Celui qui jouit du soutien de Donald Trump, s’est engagé, il y a quelques jours, à annexer la vallée du Jourdain s’il était réélu. De son côté, Benny Glantz annonce avoir entamé des négociations: «Ce soir commence l’entreprise de réparation de la société israélienne.»

La rédaction d'Evangeliques.info - 18 septembre 2019 16:36

Partager/Commenter