© DR

Suisse: Le PDC appelle a un débat sur les valeurs essentielles de la Suisse et les risques du fondamentalisme

«Sans un débat sur les fondements de notre société judéo-chrétienne, ouverte, tolérante, pluraliste et moderne, nous courons le risque que certains mouvements fondamentalistes se servent de notre liberté pour la restreindre»: Dans un document intitulé «Etat de droit et fondamentalisme-Base de discussion sur le vivre ensemble en Suisse», le parti démocrate-chrétien (PDC) rappelle son attachement au maintien de la paix religieuse en Suisse.

Dans ce document publié récemment, le quatrième parti de Suisse estime en effet que la cohabitation traditionnellement harmonieuse des différentes religions, confessions et cultures est une question essentielle.

S'agissant de la liberté religieuse, le parti mentionne qu'il s'est toujours battu en sa faveur et qu'elle est un élément essentiel de l'Etat de droit. Il affirme que la liberté confessionnelle et son expression dans notre pays ne doivent pas être ramenées à une question uniquement privée. «Ceci dit, bien que l'expression de son appartenance à une religion dans l'espace public soit un droit fondamental, le PDC considère que celle-ci doit être encadrée, mais sans contrevenir aux principes démocratiques élémentaires».

Pour le PDC, il est grand temps qu'une discussion de fond ait lieu sur les courants fondamentalistes de l'islam comme des autres religions ou idéologies : «Les responsables politiques des pays occidentaux tendent à sous-estimer la virulence et la diffusion de l'idéologie islamique à des fins de prosélytisme», détaille le document, ajoutant que selon un sondage Tamedia de 2016, «50% des personnes interrogées en Suisse alémanique et 55% en Suisse romande ont déclaré avoir peur d'actes terroristes motivés par le fondamentalisme religieux». Des inquiétudes qui doivent être prises au sérieux.

Le PDC estime toutefois que la Constitution suisse offre les bases légales pour réglementer les questions liées à l'Etat de droit et au fondamentalisme : «Le Parlement et ses commissions doivent pouvoir se saisir de ces thèmes. En outre, il revient aux cantons d'adapter leur législation, afin d'assurer les principes de base du vivre ensemble.»

La rédaction d'Evangeliques.info - 14 décembre 2018 11:52

Partager/Commenter

Publicité