© DR

Genève: La campagne des opposants à la loi sur la laïcité est lancée

Le 8 décembre, les opposants à la loi cantonale sur la laïcité de l'Etat ont lancé leur campagne. Cette loi, qui réglemente le port de signes religieux dans l'espace public pour les représentants de l'Etat, sera soumise au vote des Genevois en février 2019.

Conseiller administratif de Solidarités, Rémy Pagani estime cette loi inutile car contrairement en France, «il n'y a pas d'antagonismes à Genève sur la question religieuse», relaie RTS info. De son côté, un député d'Ensemble à gauche voit dans cette loi réglementant le port de signes religieux pour les élus dans l'espace public «une législation qui viole les droits de l'homme» et vise à ses yeux la communauté musulmane. Seule élue voilée du canton de Genève, Sabine Tiguoumine relève pour sa part que «la paix confessionnelle existe a Genève et que la loi la met à mal».

Alors que Ensemble à gauche fera recours en justice si la loi est promulguée, les procédures lancées par le Réseau évangélique genevois (REG) et les Verts sont suspendues jusqu'aux résultats du 10 février.

Soutenu par le Réseau évangélique suisse, le REG souligne que sur bien des aspects, la nouvelle loi sur la laïcité propose des avancées. Toutefois, elle introduit aussi certains principes qui restreignent la liberté religieuse des croyants. «Les fonctionnaires doivent s’abstenir « de signaler leur appartenance religieuse par des propos ou des signes extérieurs » lorsqu’ils sont en contact avec le public (art. 3.5). Une telle règle générale ne donne pas la souplesse nécessaire pour l’employé et l’employeur de trouver un terrain d’entente afin de concilier au mieux les convictions personnelles de l’un avec la mission publique de l’autre», remarque un communiqué du RES du 11 juin dernier.

La rédaction d'Evangeliques.info - 10 décembre 2018 13:06

Partager/Commenter

Publicité