© Alg24

Algérie: La fermeture de certaines Eglises est une réponse à la «recrudescence du courant évangéliste» d’après le ministre des Affaires religieuses

La récente fermeture de certaines Eglises en Algérie est une réponse à la «recrudescence du courant évangéliste» d’après le ministre des Affaires religieuses. Mohamed Aissa s’exprimait sur les conditions d’exercice du culte autre que musulman, régi par une loi de 2006, alors qu’il visitait le Prix international d'Alger de récitation, de psalmodie et d'exégèse du Saint Coran qui a lieu du 5 au 11 juin.

D’après Mohamed Aissa, l’Algérie garantit la liberté religieuse, pourvu que les Eglises se conforment à la loi de 2006. C’est en général le cas, estime-t-il, pour les associations catholiques, rapporte l’agence de presse Algérie Presse Service.

Interrogé sur les récentes mises sous scellés d’Eglises, le ministre a voulu relativiser leur portée. «Ce qui a été fermé, se sont des établissements éducatifs, des logements ou des locaux commerciaux transformés, unilatéralement par certaines associations, en lieux de culte et non pas des églises au sens de la loi», a-t-il corrigé. Ceci, «parallèlement à une recrudescence du courant évangéliste et des prolongements extérieurs sans respect des lois de la République» (sic).

Depuis novembre 2017, six Eglises évangéliques ont été fermées en Kabylie, sans recevoir d’explications. La loi de 2006 réprime toute démarche visant à « ébranler la foi d’un musulman».

La rédaction d'evangeliques.info / APS - 07 juin 2018 12:42

Partager/Commenter