© DR

Suisse: Le Parti évangélique suggère de voter oui à la loi sur les jeux d'argent et non à l'initiative Monnaie pleine

En Suisse, les délégués du Parti évangélique (PEV) invitent à glisser un oui à l'initiative sur la loi des jeux d'argent le 10 juin. Avec la loi proposée par le Conseil fédéral, les maisons de jeux pourront désormais également être présentes en ligne et des minis-tournois en dehors de ces lieux seront autorisés dans des conditions très strictes. «En contrepartie, la protection face aux dangers des jeux d'argent est renforcée et les fournisseurs étrangers de maisons de jeux en ligne sont bloqués pour les utilisateurs en Suisse».

Le PEV reconnaît que la nouvelle loi doit prendre en compte les développements sociétaux et technologiques: «Les jeux de casino doivent pouvoir être proposés en ligne par des concessionnaires si les recettes reviennent à l'AVS/l'AI et à des buts d'utilité publique». Le PEV regrette toutefois que la loi n'aie pas assez loin en matière de protection des joueurs compulsifs.

Second objet de votation, l'initiative «Monnaie pleine» a été plus débattue: par 49 voix contre 39 et 10 abstentions, les délégués du Parti évangélique proposent pourtant de la rejeter. Cette initiative demande qu'à l'avenir, seule la banque nationale soit autorisée à émettre des pièces, des billets de banque et surtout de la monnaie scripturale.

La raison? «Le système de crédit actuel permet aux banques commerciales, au moyen de l'octroi de crédits, de créer de l'argent fictif en permanence, que l'on appelle monnaie scripturale. «Cet argent n'existe qu'électroniquement, mais participe à l'augmentation de la monnaie en circulation, ce qui aux yeux des initiants, conduit à de nouvelles bulles monétaires», explique le PEV.

Bien que l'initiative cherche à stabiliser le système financier, le Parti évangélique l'estime risquée: aucun pays n'a jusqu'ici osé faire des expériences avec le régime de la monnaie pleine et se demande pourquoi la Suisse servirait de cobaye.

Par ailleurs, le PEV trouve l'initiative chère: «cela augmentera le coût des prestations financières, hypothèques et crédits au détriment des ménages privés et des PME», analyse-t-il. Autre argument, selon le PEV: L'initiative est inutile car en 2008, la monnaie pleine n'aurait pas permis d'empêcher la crise financière: «Depuis, la réglementation bancaire est devenue bien plus sévère».

La rédaction d'Evangéliques.info - 01 juin 2018 10:10

Partager/Commenter