© DR

France: le fait religieux plutôt absent des entreprises

Le fait religieux semble ne pas trop s’exprimer au sein de l’entreprise, si l’on en croit une récente étude de Harris Interactive pour l’Institut supérieur du travail, le CRIF et le Figaro. En effet un dirigeant d’entreprise sur cinq seulement (18%) aurait déjà été confronté à des demandes particulières de ses salariés : congés payés pour fête religieuse ne constituant pas déjà un jour férié (53%) ou souhait de pouvoir prier (48%) et jeûner.

Face à ces demandes, les chefs d’entreprise réagissent de façons diverses. Ils acceptent à 92% les demandes de congé pour fête religieuse et sont favorables à 92% à ce que les restaurants d’entreprise proposent systématiquement des plats végétariens. Par contre, ils refusent à 88% d’aménager des salles de prière et dans 79% des cas ils interdisent le port du voile.

Si ces demandes sont plutôt rares et occasionnelles, elles sont plus fréquentes en Ile-de-France et dans les très grandes entreprises. Pour y faire face avant qu’un conflit ne s’installe, un peu plus d’un tiers des dirigeants d’entreprise sondés ont mis en place un règlement intérieur précis. L’enquête conclut donc : « A la lisière entre expression libre de soi et respect des règles de vie en collectivité, l’expression de sa religion en entreprise est aujourd’hui une zone encore floue qui semble manquer de définitions, de limites et d’arbitrages clairs. »

La rédaction d'Evangéliques.info - 08 février 2018 13:18

Partager/Commenter