© Alliance Presse

France: Denis Mukwege au centre évangélique

C’est une véritable prédication que Denis Mukwege, «l’homme qui répare les femmes», a faite au centre évangélique dimanche 19 novembre en région parisienne, devant 200 auditeurs. Il a abordé le fil rouge de cette rencontre, «Bible et guérison», sous l’angle de son propre combat de gynécologue contre le viols de guerre au Kivu, au Congo. «En Genèse 1, 15, c’est tout un programme de guérison et de restauration que Dieu met en place pour l’humanité blessée. En Luc 4, 18, Jésus affirme qu’il est venu guérir ceux qui ont le coeur brisé, et en Matthieu 10, 8, il nous envoie faire pareil: "Guérissez les malades, purifiez les lépreux, chassez les démons".»

Des «démons», Denis Mukwege en côtoie beaucoup au Kivu, zone ravagée par des guerres entre milices pour le contrôle des minerais servant à fabriquer les téléphones et ordinateurs portables. L’arme la plus utilisée : le viol de masse des femmes et des enfants, pour provoquer de grands déplacements de population. Face à la torture qui est infligée aux 50.000 femmes que le gynécologue a déjà soignées dans son hôpital de Panzi, celui qui est aussi fils de pasteur pentecôtiste affirme: «Tous les disciples de Christ doivent répondre avec compassion. Aucune guérison divine n’est possible sans la compassion. Une Eglise qui a perdu la compassion a perdu son âme, c’est du sel sans saveur.»

Mais que faire ici, en Europe? Denis Mukwege exhorte les chrétiens à faire ce que Jésus ferait. D’abord auprès des migrants, des chômeurs, des sans-abri: «Au moins une parole douce, une main pour les toucher…» Quant au drame du Kivu: «Utilisez votre bulletin de vote pour qu’il y ait du coltan propre dans vos téléphones portables. C’est possible.» Pour Denis Mukwege, l’Eglise doit s’impliquer: «Nous chrétiens, nous ne pouvons pas nous taire (Es. 62, 1-2). Nous devons dénoncer le mal. L’Eglise doit répondre à ce rendez-vous, ou elle périra, sclérosée, dans ses murs dorés.»

Une interpellation longuement applaudie, suite à laquelle Etienne Lhermenault, président du CNEF, a prié pour la sécurité physique de cet homme qui met chaque jour sa vie en danger pour sauver celle des femmes.

La rédaction d'Evangéliques.info - 20 novembre 2017 22:06

Partager/Commenter

Publicité

Thème proche: Églises