© Channel4

Grande-Bretagne: Violences commises par le directeur d’un camp évangélique influent: des victimes parlent

En Grande-Bretagne, les victimes du directeur sadique d’un camp évangélique parlent. Le 2 février, un documentaire de la chaîne de télévision Channel 4, qui an enquêté sur l’affaire pendant six mois, a été télévisé. Le Daily Telegraph a également publié plusieurs témoignages sur l’affaire.

Les camps Iwerne ciblent les élèves des pensionnats les plus prestigieux du pays depuis les années 1930. Ils ont conduit à la conversion de nombreuses personnalités du monde évangélique, dont John Stott, fondateur du Mouvement de Lausanne.

John Smyth, directeur d’un camp Iwerne de 1977 à 1982, invitait certains adolescents chez lui et les battait jusqu’au sang, s’ils confessaient des «pensées ou actes impurs». Ce n’est que lorsqu’un des jeunes a tenté de se suicider que les dirigeants de l’association Iwerne ont mené une enquête.

Prévenu de ses agissements, Winchester College, l’un des plus prestigieux pensionnats pour garçons d’Angleterre, a décidé de ne pas porter plainte, à la demande des parents des victimes. John Smyth s’est alors engagé à quitter le pays et ne plus travailler avec des enfants.

Cependant, le prédateur s’est ensuite établi au Zimbabwe. Il y a recréé des camps semblables, où il battait les adolescents et partageait leurs douches. En 1997, un jeune a été retrouvé mort, mais le directeur a bénéficié d’un non-lieu. John Smyth réside désormais en Afrique du Sud.

L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, lui-même un ancien des camps Iwerne, a présenté ses excuses pour les manquements de l’Eglise d’Angleterre lorsqu’elle a été informée en 2013. L’Eglise avait transmis la plainte d’une victime aux autorités, mais n’avait pas cherché à en contacter d’autres, retardant l’enquête de la police.

La rédaction d'evangeliques.info - 07 février 2017 17:36

Partager/Commenter