Dr

Suisse: Le diagnostic préimplantatoire autorisé

Les Suisses ont accepté à 62,4% le 5 juin la nouvelle loi sur la procréation médicalement assistée, qui rend ainsi légal le diagnostic préimplantatoire (DPI). Seuls un canton et trois demi-cantons ont refusé cette nouvelle loi sur la procréation médicalement assistée.

Risque de dérives

Une décision que regrette le Parti évangélique suisse (PEV) dans un communiqué: «Cette loi qui est formulée de manière très générale et peu concrète permet l'application du DPI dans une mesure qui recèle un grand risque d'ouvrir une brèche dans la digue éthique. A présent le Conseil fédéral est tenu de respecter ses promesses et de garantir des contrôles stricts dans l'application du DPI».

Implications sur la santé des enfants?»

Le comité interpartis «Non à cette LPMA» a aussi exprimé son regret: «Pour la première fois, la vie humaine, dès le début de son développement, devient évaluable et commercialisable», constate avec inquiétude Christine Häsler, conseillère nationale des Verts. Le comité lance un appel à prendre au sérieux les avertissements ignorés dans la campagne électorale de scientifiques renommés, qui ont mis en garde contre l'application étendue des nouvelles méthodes de la procréation médicalement assistées tel que le DPI. Le comité évoque des risques médicaux et des implications à long terme sur la santé pour les enfants conçus en laboratoire. Le comité demande instamment de renforcer l'avancement des études nécessaires à cet effet.

La Rédaction d'Evangeliques.info - 06 juin 2016 11:00

Partager/Commenter