© Alliance Presse

La nomination de Najat Vallaud-Belkacem à l'Education suscite de vives réactions

Les réactions à la nomination de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l'Education n'ont pas tardé. Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, a confié au Figaro qu'elle était «horrifiée. Ce choix est une provocation pour un grand nombre de Français, qui se sont exprimés dans la rue depuis novembre 2012 pour dire leur désaccord contre les projets de société de François Hollande, portés par Christiane Taubira et Najat Vallaud-Belkacem».

Pour Franck Meyer, président du CPDH, «ces nominations sont surprenantes». Il confie au Christianisme Aujourd'hui: «Je pensais que Manuel Valls allait donner des signes d'apaisement sur les questions sociétales. Une occasion ratée, à l'heure où l'élan de contestation suscité par les actions de la Manif pour tous reste bien présente dans tous les esprits».

En ce qui concerne l'arrivée à l'Education de Najat Vallaud-Belkacem, celui qui est par ailleurs porte-parole du Collectif des Maires pour l'Enfance, il dit partager le soucis d'un plus grand respect pour chacun, dans sa différence, «mais pas à n'importe quel prix!».

De son côté, Daniel Rivaud, fondateur du CPDH et ancien Délégué général de cette plateforme de veille éthique du protestantisme, analyse «que le maintien à son poste de Christiane Taubira, la nomination de Najat Vallaud Belkacem au ministère de l'éducation font partie des signes très inquiétants. Les prises de position très idéologiques de la seconde, dans son ancien poste au ministère des droits de la femme, laisse craindre là aussi un durcissement des positions dans la lignée de celles de son prédécesseur.»

27 août 2014

Partager/Commenter