© DR

France: La procédure d'arrêt des soins prodigués à Vincent Lambert validée par la justice

Pour la justice, le maintien des soins et traitements de Vincent Lambert constitue une «obstination déraisonnable». Le 31 janvier, le tribunal administratif de Châlon-en Champagne a donc confirmé la décision du CHU de Reims de lancer une procédure d'arrêt des soins pour cet homme de 42 ans en état pauci-relationnel (végétatif) depuis dix ans.

Procédure que ses parents ont tenté de suspendre en déposant une requête d'urgence. Selon l'arrêt du tribunal, «la volonté de Vincent Lambert de ne pas être maintenu en vie dans l'hypothèse où il se trouverait dans l'état qui est le sien depuis dix ans est établie».

Alors que la vie de leur fils tient à un fil, les parents de Vincent Lambert ont immédiatement annoncé un recours en appel au Conseil d'Etat. Leur avocat, Maître Jean Paillot, s'insurge contre la notion «d'obstination déraisonnable» retenue par le tribunal. Car lors d'une deuxième expertise judiciaire en 2018, trois experts mandatés par la justice avaient conclu que le quadragénaire est certes atteint de «lésions encéphaliques irréversibles», mais que sa prise en charge «ne relève pas de l'acharnement thérapeutique ou d'une obsitnation déraisonnable».

Epouse de Vincent, Rachel Lambert ainsi qu'une partie de la famille souhaite un arrêt des soins, tandis que les parents du quadragénaire et une autre frange de la famille continuent à se battre pour son maintien en vie.

La rédaction d'Evangeliques.info - 01 février 2019 10:26

Partager/Commenter