© Alliance Presse

France: La loi sur la fin de vie finalement rejetée

Le 23 juin, le Sénat a finalement rejeté la proposition de loi sur la fin de vie, qu'il a lui-même modifié une semaine auparavant. Les 16 et 17 juin, les sénateurs de droite s'étaient mobilisés pour contrer les nouveautés comme «la sédation profonde et continue jusqu'au décès» et les directives anticipées contraignantes pour les médecins. Estimant la proposition de loi vidée de sa substance, une majorité des sénateurs a donc refusé cette loi.

Dans les prochains mois, les députés seront amenés à se prononcer à nouveau sur un texte identique à celui de mars dernier. A cette époque, l'Ordre des médecins avait estimé qu'une clause de conscience n'était pas nécessaire. Mais entre-temps, l'initiative Convergence soignants-soignés a récolté 11'000 signatures de médecins, infirmiers, psychologues et autres soignants demandant une clause de conscience pour les professionnels de la santé dans le cadre de la nouvelle loi sur la fin de vie.

«Nous demandons une clause de conscience pour les soignants qui ne voudraient pas mettre en oeuvre une sédation qu'ils jugeraient inadaptée. Nous ne voulons pas que l'on nous demande de tuer des malades! La limite entre «soulager jusqu'à la mort» et «donner la mort» était claire dans la loi de 2005» a déclaré au Figaro le porte-parole de Convergence soignants-soignés.

La rédaction d'Evangeliques.info - 25 juin 2015 09:54

Partager/Commenter

Publicité